Journal de la Femme à Abattre



[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [mois dernier] - [mois suivant]

Paris, décembre 2020

Mercredi 2: À l'approche de la froidure j'ai voulu mettre ma garde-robe de lainages en état. J'ai refait les pointes de deux paires de chaussettes et les semelles d'une paire. J'ai inspecté un haut sans manches en grosse laine de pays. C'est un vêtement pour homme que j'avais tricoté il y a plusieurs années histoire d'utiliser cette laine de couleur naturelle gris-beige moyen qui attendait depuis longtemps qu'on l'utilise. J'avais choisi une grande taille pour m'assurer que j'utiliserais toute la laine, et le pull était resté inutilisé car je n'avais pas réussi à le vendre sur eBay.

Alors un jour de froid intense je l'avais mis et, ô surprise, il était juste à ma taille, même ma poitrine volumineuse y était à l'aise et il me tenait bien chaud. Je l'ai inspecté récemment et à ma déconvenue j'ai vu qu'il était troué de mites en de nombreux endroits, de même que le poncho expérimental que j'avais tricoté dans la même qualité de laine. J'ai essayé de réparer les trous mais la tâche était insurmontable et j'ai abandonné l'effort. Pourtant je tenais à ce vêtement! Finalement j'ai décidé d'en tricoter un identique avec la laine du poncho. En effet ce vêtement expérimental n'est pas très réussi et il a lui aussi quelques trous de mites. Alors j'ai décidé de le détricoter et de faire un nouveau débardeur avec la laine récupérée. Je le ferai encore mieux que le premier car celui-là avait le défaut que l'encolure devant montait trop haut. Le prochain je vais le faire avec un col en V. J'aurai peut-être assez de laine pour en faire deux. Maintenant je suis impatiente de commencer.

Hier j'ai détricoté le poncho et fait un échantillon avec la laine Shetland Heritage de Jamieson's & Smith. Couleur gris-beige clair, non-teinte. Aiguilles de 3mm. J'ai un pull à manches longues en attente depuis plus d'un an, en mérinos-cachemire rose pâle bordé noir. J'en ai fait un bon tiers et je veux le terminer prochainement pour m'en servir cet hiver qui vient.

Lundi 14: Lundi dernier j'ai mis en ligne mon journal de novembre et les chapitres 17 et 18 de BNNY2. Gros travail, j'y ai passé presque toute la matinée, avec des liens vers des documents et l'affichage de photos. Heureusement à force de le faire je connais par coeur les automatismes.

Question tricot j'ai commencé le demi-devant de mon pull (un cardigan en fait) rose pâle avec quelques difficultés et faux départs au début pour faire la bordure noire de la même largeur que l'autre côté. J'en suis maintenant à la pince de poitrine.

Question cuisine j'ai fait une soupe aux lentilles blondes. C'était la première fois de ma vie que j'utilisais ce légume. Auparavant je n'avais utilisé que des vertes avec une viande de porc, et je trouve le goût trop fort. Les lentilles blondes ont un goût beaucoup plus discret qui m'a beaucoup plu dans la soupe avec d'autres légumes. Cela change des sempiternelles pommes de terre! J'ai mis à cuire dans de l'eau froide à feu doux en début de matinée 500 grammes de lentilles et cela m'a fait une grande soupe, un peu trop grande d'ailleurs car après quatre bols sur deux ou trois jours j'en avais un peu assez. La prochaine fois je ne mettrai à cuire qu'un tiers de kilo.

J'ai aussi fait un borscht, cette fameuse soupe russe aux betteraves rouges. Il faut beaucoup de légumes différents mais pas de poireaux: carottes, panais, je les ai râpés à la grosse râpe, ainsi que les betteraves crues. Il faut mettre tout cela à cuire dans un bouillon de boeuf fait la veille avec des os à moelle, de la queue de boeuf et un bas morceau tel que macreuse. Le bouillon refroidi au lendemain matin j'ai enlevé la graisse et mis les légumes à cuire. En fin de cuisson on ajoute du chou coupé en lamelles fines suffisamment pour que la soupe soit épaisse, de la verdure comme les feuilles des betteraves, deux pommes de terre moyennes en dés. Deux cuillerées de vinaigre gardent aux betteraves leur jolie couleur et donnent à la soupe une certaine légèreté de goût très agréable, presque rafraichissante. Au moment de servir on pose sur la soupe dans son bol une cuillérée de crème aigre qu'on ne trouve pas en France. J'avai fait cette recette plusieurs fois à New York et je l'aimais beaucoup. Comme aromates on met du laurier et des graine de coriandre.

Deux ou trois jours après l'envoi de mon message à ma nièce Gabrielle et à la fratrie avec les pièces jointes montrant leur accord pour se partager les biens en six, c'est-à-dire sans me compter dans le partage, Elisabeth a semble-t'il répondu par le mépris et l'indifférence en évoquant un petit problème de taxe d'habitation et redevance télévision avenue de Choisy, une affaire d'importance minime portant sur quelques dizaines d'euros, mais qui a donné lieu à plusieurs échanges auxquels Sophie a pris part.

J'ai relancé ma nièce pour lui demander de quelle manière elle allait tenir compte de mes revendications puisqu'elle avait parlé de demander un partage judiciaire et faire appel à un avocat. Quelques jours plus tard Norbert a répondu à un message d'octobre dernier où je lui demandais à qui notre mère avait remis les clefs de la maison d'Émalleville quand elle était partie finir ses jours en EHPAD à Coulommiers. Il m'a demandé de lui téléphoner et m'a dit qu'il en a marre de toutes ces conneries (Sic). À partir de quel montant considère-t'il que le vol n'est pas une connerie mais quelque chose de sérieux?

J'ai fait du nettoyage échelonné sur le mois dernier et celui-ci.

Hier dimanche je devais aller chercher un chat chez quelqu'un habitant pas loin à Ivry s/ Seine qui devait s'en séparer, mais au cours de la nuit j'ai fait un cauchemar au sujet de ce chat alors j'ai annulé le rendez-vous. J'avais pourtant acheté l'abri pour litière et quelques boîtes de nourriture que m'avait recommandées la femme. Mais la nuit porte conseil et j'ai décidé de ne pas acquérir ce chat.

La veille ou le matin même, alors que je prenais mon cafiolait dans la cuisine, j'ai entendu des miaulements répétés côté cour. Je me suis levée pour aller voir si le chat était proche mais je n'ai rien vu dans la nuit noire et les miaulements on repris. Plus tard quand je me suis connectée au site Le Bon Coin j'ai voulu faire une recherche et au moment de choisir la catégorie je me suis arrêtée sur Animaux et j'ai eu clairement l'impression à ce moment que je n'agissais pas de mon propre chef mais que j'étais téléguidée, en quelque sorte. Puis j'ai trouvé cette annonce et je suis entrée en contact avec la propriétaire mais pendant tous nos échanges j'étais un peu sur mes gardes car je gardais à l'esprit cette impression que j'agissais par une volonté qui n'était pas la mienne.

Dimanche 20: Dimanche dernier je n'ai pas pu me connecter à internet. Normalement la connexion est automatique mais là, je devais taper les 26 chiffres de la clé de sécurité de ma Livebox, puis j'avais un message qui me disait que la connexion prenait trop de temps puis que la clé était incorrecte. Pour éviter de taper la clé à chaque fois je l'avais inscrite sur mon bloc notes de manière à pouvoir la copier-coller et là j'avais le message d'erreur alors que j'étais sûre, après plusieurs vérifications, que ma clé pré-enregistrée était bonne.

J'ai téléphoné à Orange pour signaler le problème. Une femme m'a dit, après une conversation où elle m'a demandé d'essayer à nouveau de me connecter, d'éteindre puis de rallumer la box, autant d'opérations qui demandent du temps, lequel m'était facturé 6c/minute, soit 6 euros pour dix minutes, et je commençais à m'énerver car j'avais l'impression qu'elle faisait exprès de me faire faire des opérations dans le seul but de me faire attendre. J'ai fini par m'énerver et elle m'a dit qu'elle annulerait la facture. Puis elle m'a dit qu'elle m'enverrait un technicien mais qu'il n'y avait pas de créneau disponible avant vendredi 18, il n'y avait pas moyen de faire l'intervention plus tôt.

Lundi j'ai téléphoné à nouveau, j'ai dit que vendredi prochain c'était trop loin, que j'avais besoin d'internet aujourd'hui même. La femme qui a pris mon appel m'a dit qu'elle ne voyait pas de RV avec un technicien le 18. C'était étonnant car la veille l'autre femme m'avait bien donné ce RV et l'avait confirmé par un SMS.

Je lui ai expliqué à nouveau mon problème, on a essayé de faire un diagnostic et en fin de compte il paraissait que les paramètres de ma box avaient été changés puisque la bonne clé ne permettait pas la connexion à internet. Elle m'a demandé si j'avais un autre appareil qui pouvait se connecter à internet et en effet j'avais mon petit ordi (celui sur lequel j'écris et que je ne connecte que rarement à internet, lors de mes déplacements par exemple) et elle m'a demandé d'essayer de me connecter avec mais cela n'a pas marché non plus. Il était donc clair que la panne ne venait pas de mon autre ordinateur. Malgré tout Je suis parvenue à me connecter ce jour là quelques heures puis la panne est revenue.

Mardi et mercredi j'ai appelé à nouveau et j'ai eu une troisième technicienne avec qui j'ai fait davantage de tests. Elle m'a proposé de me faire échanger ma Livebox et elle allait me donner le code d'échange mais elle s'est ravisée. On aurait dit que son supérieur hiérarchique suivait la conversation et lui donnait des instructions sur son écran d'ordinateur. Elle ne m'a donc pas donné de code d'échange mais à la fin de chaque conversation elle promettait de me rappeler à une certaine heure ainsi je n'avais pas de frais de communication.

Jeudi la boîte n'a pas pu se connecter au réseau alors que précédemment c'était mon ordi qui ne se connectait pas à la boîte. Le voyant clignotait en rouge. J'ai signalé ce nouveau problème à ma technicienne. Elle m'a dit qu'il y avait un problème sur le réseau en effet et qu'elle allait faire faire une intervention en urgence. J'imaginais tous les habitants du quartier privés d'internet en pleine période de Noël, comme si les commerçants n'avaient pas assez de problèmes.

Puis vers onze heures le voyant rouge est devenu vert et aussitôt j'ai reçu un appel d'un technicien qui m'a dit que le problème avait été résolu. Il m'a dit qu'il était intervenu sur un noyau du réseau rue de la Vistule et que maintenant tout allait bien. Je lui ai dit que je n'avais toujours pas accès à internet. Il m'a demandé s'il y avait de l'humidité chez moi. J'ai dit oui. Evidemment, avec la température plus froide, il y a de la condensation sur les fenêtres, je ne vois pas comment on pourrait éviter l'humidité. Il m'a dit que c'était la cause de mes ennuis car l'humidité affectait les réseaux électriques. « Allons bon! » pensé-je. Je passai en revue les divers fils d'alimentation qui concernaient mon installation ordi-internet. Il m'a dit qu'il pourrait venir vérifier. Je lui ai dit que je réfléchissais à quels câbles pourraient être affectés par l'humidité, et que étant donné qu'ils facturaient une intervention à domicile soixante euros, je préférais essayer de résoudre le problème moi-même.

Après avoir raccroché, je me suis rendu compte que chaque câble d'alimentation, celui de mon ordi et celui de la box, avait un stabilisateur de tension propre et tous deux avaient le voyant vert allumé comme si tout allait bien. Le mec s'était foutu de moi! Plus tard ma technicienne m'a appelée et j'ai eu l'impression qu'elle m'incitait à faire venir un technicien à domicile mais en douceur, comme si elle voulait que ce soit moi qui en fasse la demande, contrairement à la décision autoritaire de ma première technicienne. En fin de compte elle m'a dit d'aller faire vérifier ma boîte dans une boutique Orange pour voir d'où venait la panne. Je pouvais y aller n'importe quand sans rendez-vous. Elle allait me donner mes identifiants et mot de passe mais j'avais gardé dans un dossier spécial la lettre d'Orange qui me donnait tous ces renseignements, et je l'ai trouvée facilement en ouvrant une boîte en métal. La lettre datait de juillet 2007.

Vendredi matin j'y suis donc allée à pieds et j'étais présente à l'ouverture à dix heures. Il y avait déjà six clients avant moi et la file d'attente à l'extérieur de la boutique était espacée pour respecter la distanciation sociale. Mais l'attente n'a pas été trop longue et une fois dans la boutique la femme qui m'avait accueillie m'a offert un siège et a fait le test sur ma boîte avec une rapidité née de l'habitude. Elle a constaté un dysfonctionnement mais comme j'étais assise loin de l'écran je n'ai pas vu quelle était la cause exacte du problème mais à ce point je m'en fichais un peu. Elle a décidé de me changer la boîte contre une neuve et un jeune homme, muni de ma lettre d'Orange, l'a paramétrée comme il fallait puis il l'a remise dans son carton qu'il a placé dans un sac de shopping avec ma lettre dix-huit minutes plus tard je sortais de la boutique.

J'ai redescendu l'avenue d'Italie. Arrivée à la rue de Tolbiac je n'ai pu faire que quelques pas avant que des flics me tombent dessus. Ils étaient quatre ou cinq embusqués derrière une terrasse de café couverte. J'ai sorti mon masque de ma poche et l'ai placé sur mon visage. Ils m'ont demandé une pièce d'identité. J'ai sorti de mon sac le portefeuille où je garde ma carte d'identité puis j'ai demandé si c'était obligatoire. Ils m'ont répondu que non alors je n'ai pas ouvert le portefeuille, mais ils m'ont demandé mon nom, prénom, date de naissance, lieu de naissance et adresse actuelle. L'un d'eux notait ces renseignements sur un calepin, un autre dit « Picart avec un T comme Thérèse. »

En répondant que j'étais née à Paris et que j'habitais Paris j'ai eu une réalisation. On aurait pu croire que je n'étais jamais sortie de Paris de toute ma vie! Et je vivais là où j'étais née comme c'est le cas de beaucoup de personnes. Pour un flic, cela donnait l'impression d'une personne normale et sans histoire alors qu'ils ont affaire à tellement d'étrangers avec des noms pas possibles nés dans des endroits aux noms bizarres. Ils ne m'ont pas collé d'amende de 135 euros. Ils m'ont juste dit que je devais porter un masque surtout que le marché était un lieu de forte contamination. Je n'ai pas voulu discuter, j'étais trop soulagée de m'en tirer sans amende. Quand j'ai remis mon portefeuille dans mon sac j'ai involontairement pointé ma canne vers l'un d'entre eux. Ils ont pris cela pour une menace ou quoi? Ils m'ont dit « Faites attention! » d'un ton alarmé. J'ai répondu qu'il y avait tellement de choses auxquelles il fallait faire attention. Dès que je porte un masque mes lunettes se couvrent de buée et je ne vois plus rien. Quand j'ai besoin de mes deux mains je dois choisir un endroit adéquat pour appuyer ma canne sinon elle tombe.

Le livreur qui m'a remis des graines de tournesol m'a fait attendre pour le plaisir, pour me manquer délibérément de respect je crois. Il avait posé le colis sur le sol du palier et il était au téléphone. Il lui suffisait de scanner le code barre avec son smartphone pour me laisser prendre possession du colis mais il voulait d'abord terminer sa conversation sur l'autre appareil et à deux reprises il m'a prié de l'excuser. Il disait « L'entrée est à côté de la pharmacie, au deuxième étage droite » comme mon appartement à part que l'entrée est à côté d'un restaurant.

Mardi 29: L'année n'en finit pas de se terminer. Le seul point positif est que de plus en plus de gens se rendent compte que notre gouvernement se fout de nous. Le prétendu vaccin qui nous est proposé, n'est pas un vaccin à proprement parler mais un produit injectable expérimental contenant du matériel susceptible de modifier le DNA des personnes qui le reçoivent. J'ai rappelé en commentaire sur Youtube que la personne ne peut être contrainte de recevoir un traitement expérimental contre son gré. Parce que ces enfoirés voulaient rendre l'injection obligatoire! Heureusement de nombreuses manifestations de désaccord ont fait annuler les vélléités du gouv. Notre ministre de la Santé est venu nous rassurer que non, on ne serait pas obligés, mais le gouv ferait de son mieux pour nous convaincre dans les mois à venir. De toute façon même si l'idée d'un passeport vaccinal a été repoussée, il n'en reste pas moins que le risque existe qu'une séparation se fasse entre les vaccinés et les non-vaccinés car certaines activités seront conditionnées par l'état de la personne. Ainsi les voyages aériens et d'autres activités ne seront accessibles qu'à ceux qui peuvent prouver qu'ils sont vaccinés ou traités ou négatifs. Ce projet de loi a causé un tollé de protestation. Il n'en fallait pas moins pour réveiller les Français endormis dans leur confort et leur routine.

Concernant la succession, la comptable de l'étude du notaire a fait suivre une offre d'achat de la maison de Brosville/Émalleville pour 110.000€, provenant d'un ami de Norbert. Sophie a répondu à la comptable en demandant qu'une somme plus haute soit proposée à l'acheteur. Sinon, Gabrielle Girot n'a pas répondu à ma relance et personne n'a pipé non plus.

J'ai passé Noël comme un jour normal, sauf que j'ai écouté de la musique de Noël, classique et médiévale. Je n'avais pas envie de manger des choses sucrées. C'est une bonne nouvelle!

Depuis peu quand j'ai une petite faim je me râpe une pomme au lieu de manger du pain avec du fromage. Il y a beaucoup moins de calories dans la pomme crue et des choses bonnes pour la santé. Comme disent les Américains, « One apple a day keeps the doctor away. » Il est rare de trouver de nos jours, des pommes à moins de 4€ le kilo alors que l'an dernier on trouvait encore des Boskop à 2,50/kg.

J'ai encore fait des soupes aux lentilles et du borscht. J'aimerais faire un gâteau mais j'ai un peu la flemme.

J'ai réalisé avec un grand soulagement que je n'avais pas besoin de me méfier des mites tout au long de l'année, mais seulement pendant la période de reproduction puisque c'est les larves qui mangent la laine. Avant j'avais une vraie psychose de la mite car entre elles et les souris j'ai subi la destruction de nombreux lainages et pelotes de laine. Par exemple un blouson de type Aran en laine gris anthracite que j'avais payé presque 200€ a été complètement ravagé, ainsi qu'un pull sans manches que j'avais tricoté moi-même et qui a tellement de trous qu'il n'est plus réparable. Perte cruelle! Ce pull me tenait bien chaud. Quand aux chaussettes que j'ai réparées, je ne les compte plus. Enfin, j'ai compris qu'il est inutile de vivre dans l'angoisse permanente et que les mites n'attaquent que pendant les chaleurs estivales. Ouf!

Suite aux écoulements d'eau dans ma salle d'eau, Mr Ung, Jr m'a informée que le plombier qu'il avait fait venir n'avait constaté aucune fuite de canalisation. Après avoir échangé un petit moment il m'a dit que le locataire n'était plus celui que je connaissais, à qui j'avais rendu visite il y a quelques années au sujet d'un écoulement semblable, mais un autre locataire. Autrement dit, l'écoulement provient d'un déversement d'eau quel que soit le locataire. Et à chaque fois que je parle du problème à Mr Ung il me parle de la colonne d'eau qu'il va falloir changer alors que depuis deux ans, depuis la visite du syndic, l'écoulement le long de ce tuyau a complètement cessé. Je ne sais pas s'il dit cela pour me faire peur.

J'ai reçu en courrier simple une contravention de 135€ pour non-port du masque suite à mon interpellation par la police sur l'avenue d'Italie il y a quelques jours.

Finalement j'ai cru comprendre que ce type qui m'avait téléphoné au sujet de ma panne d'internet n'était pas un véritable technicien employé par Orange mais un assassin qui voulait venir chez moi sous prétexte d'inspecter mes câbles électriques après avoir désactivé ma connexion au réseau. Comment avait-il eu mon numéro de téléphone s'il était juste un technicien en charge de réparer le réseau? Et y a-t'il vraiment un noeud de réseau rue de la Vistule, ou m'a-t'il dit cela pour me faire comprendre qu'il pouvait faire un saut chez moi sans rendez-vous préalable et sans passer par Orange, un service gratuit en quelque sorte? Quand je lui ai dit que je préférais résoudre le problème seule si possible, étant donné que les visites de techniciens étaient facturées 60€, il n'a pas osé me dire qu'il ferait le déplacement gratuitement.

L'été dernier quand j'ai démoli la cheminée de la cuisine je voulais aussi démolir celle de la salle de séjour, cependant je voulais conserver la conduite pour pouvoir installer un chauffage au gaz de ville qui nécessite une évacuation. J'avais alors demandé à Mr Ung quelle était la situation de la cheminée au 3ème étage. Il m'avait dit que la cheminée avait été supprimée. Mais je savais que la conduite était intacte car j'avais récemment fait brûler sans problème quelques emballages cartonnés.

Puis je m'étais ravisée et avais décidé de ne pas démolir cette cheminée à ce moment car j'avais assez de pain sur la planche avec celle de la cuisine. Mais après cela il y avait eu des travaux sur les deux conduites de cheminée et des gravats étaient tombés chez moi par ces conduits. J'avais dit au type qui enlevait les gravats de ma cheminée que je voulais conserver les conduits pour installer une hotte, car je voulais faire rallonger l'arrivée de gaz jusqu'à l'emplacement de la cheminée pour pouvoir installer ma cuisinière sous la conduite. Et lorsque j'ai testé le tirage au début de cet hiver il m'a semblé qu'il y avait du tirage dans la cuisine mais dans la salle de séjour, la fumée n'a pas du tout été aspirée dans la cheminée, le papier a eu du mal à s'enflammer et la fumée est sortie lentement dans la pièce, donc le conduit a été bouché lors des travaux aux étages supérieurs l'été dernier.

Comme Mr Ung m'avait dit que la cheminée au-dessus de moi avait été supprimée alors que j'avais un tirage normal dans la mienne, je ne m'étais pas inquiétée quand il avait fait des travaux puisque même s'il supprimait une cheminée il laissait intact le conduit. Je n'avais donc pas jugé utile de lui dire que je voulais faire installer un chauffage au gaz et que j'aurais besoin du conduit. Alors maintenant je n'ai plus ce conduit dans la salle de séjour et je ne peux pas faire installer un radiateur à gaz, et je n'ai aucun chauffage.

Pour terminer cette année en beauté, je fais un bilan positif car après soixante-huit ans de recherche j'ai enfin compris pourquoi personne dans la famille ne m'aimait, à commencer par ma mère. Je m'étais promis dès que j'avais pu prendre une résolution, qu'un jour je saurais, et sans que cela soit une obsession, cette quête était toujours active en arrière fond et 'ai fini par comprendre cette année 2020 que 'avais été conçue par mon oncle parce que mes parents avaient besoin de mon acte de naissance pour prouver quelque chose, mais que de ma personne ils n'avaient que faire. Et rien n'avait pu les détourner de leur projet de m'éliminer le plus tôt possible: ni mon intelligence, ni ma gentillesse, ni ma beauté, ni mon humour, ni mes talents de pâtissière ou de musicienne, de conteuse de poèmes ou rédactrice d'histoires intéressantes . Pour eux j'étais un déchet toxique car étant la fille biologique de mon oncle qui de son côté avait plus tard fondé une famille, mon existence risquait de causer des problèmes de succession. On m'avait d'emblée exclue de la succession de mon père civil car on pensait que je mourrais avant mon père, et le partage des biens s'était fait depuis longtemps, au cours de ces mystérieuses réunions de famille dans les années soixante auxquelles je n'étais jamais convoquée. Et même après toutes ces tentatives infructueuses, il était devenu impossible ou trop compliqué de changer le partage entre ma mère et mes six frères et sœurs. Pourtant Norbert est né quand j'avais dix-huit ans et les réunions de succession avaient eu lieu bien avant sa naissance. Alors on avait fait le partage en tenant compte de la future naissance mais pas de moi qui existais déjà.

Quant à la raison pour laquelle mes parents avaient besoin de mon acte de naissance pour prouver quelque chose, je ne puis que faire des hypothèses, et la seule qui tienne le coup pour moi est que mon père avait déjà été condamné à de la prison ferme et en ayant des enfants il voulait faire croire qu'il avait toujours été en liberté, c'est pourquoi toutes mes sœurs aînées plus Véronique sont de pères différents. Il suffit de les regarder pour voir qu'elles n'ont pas un air de famille. Mais pour que seul le frère de mon père civil ait pu remplir l'office d'inséminateur, il fallait que ma mère soit elle aussi indisponible, donc je pense qu'elle aussi était en détention au moment de ma conception, et que mon oncle, se faisant passer pour le mari de ma mère, lui a rendu visite au parloir. Je ne vois pas d'autre explication. Il y en a peut-être mais je ne les vois pas.

Voilà donc la clé du grand mystère de ma vie!


[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [mois dernier] - [mois suivant]